Présentation

Le groupe des 451 rassemble des professionnel-le-s, des lecteurs et des lectrices autour du désir de penser le présent et l’avenir des métiers du livre ou des manières de lire.

Contact mail : les451@riseup.net

Adresse postale : Les 451 / 30, avenue Mathurin Moreau / 75019 Paris

—-

Le groupe des 451 tire son nom du roman de Ray Bradbury, publié en 1953 aux Etats-Unis.

Farenheit 451 prend place dans un futur proche, aux Etats-Unis. Ray Bradbury présente une vision dystopique du monde gouverné par l’hyper-consommation, l’individualisme et l’ignorance. Contrairement à d’autres dystopies comme 1984 de Georges Orwell, la population est globalement heureuse, abreuvée de divertissements divers (sports, émissions télévisées…) au détriment de la culture. C’est ainsi que naît la haine des livres. Ray Bradbury explique à travers la bouche du personnage Beatty qu’une personne particulièrement inculte aura tendance à nourrir de la jalousie et même de la haine envers une personne cultivée. C’est pourquoi lire est devenu un comportement associal. Les livres dérangent la tranquillité d’esprit collective des masses qui se complaisent dans leur ignorance. La fonction des « pompiers » de ce monde n’est plus d’éteindre les incendies (les bâtiments étant désormais « fireproof ») mais de brûler les livres. [Source : Wikipédia]

About les 451

En 2012, des personnes travaillant dans différents secteurs des métiers du livre se sont réunies pour écrire un appel dénonçant la concentration des capitaux, l’industrialisation des professions, la séparation des acteurs et la déferlante technologique que subissent aussi les métiers du livre. Intitulé Appel des 451, le texte est paru dans Le Monde en septembre 2012, signé par des centaines de professionnels ou de lecteurs, reconnaissant là une base suffisante pour entamer des discussions sur l’avenir de nos métiers, des pratiques de lecture ou des bouleversements anthropologiques et sociaux qu’entraînent la gestion et l’informatique généralisées. Un second écrit, plus développé, répondait aux premières critiques, positives et négatives que le collectif des 451 a reçues suite à la publication de l’Appel. Ce texte, « La querelle des modernes et des modernes », tente de donner quelques pistes de réflexion pour penser l’actualité économique, sociale et technique de la chaîne du livre. Dans la perspective de mutualiser nos moyens, de créer des structures plus coopératives et de mener des actions et des réflexions, le collectif des 451 lance une invitation à participer à deux journées d’ateliers et de discussions autour de ces problématiques, les 12 et 13 janvier 2013. Y sont conviées toutes les personnes qui travaillent dans la chaîne du livre, tous les lecteurs et lectrices qui le souhaitent.
This entry was posted in General. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *